Catégories
Sante

Les troubles alimentaires et la perte de poids

Perdre du poids implique pratique des sports et adoption d’un régime diététique spécifique à la perte poids. Si l’on met l’accent sur la recette minceur, il est à noter qu’il n’est pas une simple question de suivre un programme alimentaire amincissant. Le comportement alimentaire joue un rôle non négligeable. Les troubles alimentaires contrecarrent le processus qui mène vers l’amaigrissement.

La boulimie 

Connue aussi sous le nom de frénésie alimentaire, la boulimie figure parmi les troubles alimentaires. Cette pathologie croise à la fois un problème du comportement alimentaire et des contraintes psychologiques et émotionnelles. Une personne atteinte par la boulimie succombe facilement à une faim intense. Ce qui lui pousse à manger à outrance, c’est-à-dire sans contrôle. Au cours de sa prise de repas ou de collations, elle ressent un certain sentiment d’irritabilité et d’angoisse.

L’anorexie mentale

Une personne anorexique vit un conflit cognitif dangereux et incontrôlable. Ce conflit implique envie intense de manger. Le sujet ne trouve aucun plaisir dans son alimentation. Il s’acharne sur ses peurs irraisonnées, ses peurs de prendre du poids. En conséquence, il se permet une restriction alimentaire aiguë. Un individu atteint par l’anorexie mentale souffre en quelque sorte d’une perte d’appétit pointue. Ce qui risque de lui faire sombrer dans l’insuffisance pondérale, la maigreur.

L’hyperphagie

Un des troubles alimentaires ennemis de la minceur, l’hyperphagie désigne une pathologie alimentaire liée à la prise d’aliments d’une quantité importante. Ce phénomène résulte d’une envie extrême de manger ; cela concerne les repas quotidiens. Mais en termes de collations, les fringales échappent au contrôle du patient. Un individu souffrant de l’hyperphagie risque souvent de sombrer dans le surpoids, voire l’obésité.

L’orthorexie

Parmi les troubles alimentaires se classe un qui est moins courant : l’orthorexie. Ce type de trouble de l’alimentation agit essentiellement sur le plan psychologique. Il va de soi que dans le cadre d’un régime minceur, l’adoption d’une alimentation saine s’impose. Pourtant avec l’orthorexie, l’attention éprouvée au régime sain reste démesuré. En quelque sorte, il s’agit d’une volonté obsessionnelle de manger sain. Le sujet a horreur des aliments dits malsains, et ce, même en quantité assez moindre, il se plie à sa peur de tomber dans un régime constitué d’une alimentation non bénéfique à la perte de poids.

La dysmorphie musculaire

Cette pathologie touche principalement la gent-masculine. La dysmorphie musculaire se présente comme étant une perte de masse musculaire. Dans la majorité des cas, le sujet est à son poids santé. Mais il perd constamment du muscle. Il sait à quel point il est important de faire le plein de protéines. Pour cela, il se permet de prendre une bonne dose d’aliments gorgés de protéines ou un certain nombre de compléments alimentaires hyperprotéinés. Avec ces derniers, le patient ne respecte pas souvent la posologie normale.