Catégories
Sante

Comment assurer la gestion de la sécurité des aliments ?

Au cours des dernières années, il y a eu plusieurs éclosions de maladies d’origine alimentaire très médiatisées liées à des aliments courants, comme les œufs et la laitue. Ces épidémies très médiatisées devraient inciter les propriétaires et exploitants de restaurants à revoir leurs protocoles de sécurité alimentaire. Étant donné qu’« une seule épidémie d’origine alimentaire pourrait coûter à un restaurant des millions de dollars en pertes de revenus, amendes, poursuites, frais juridiques, augmentations des primes d’assurance, coûts d’inspection et recyclage du personnel », nous voulions profiter de cette occasion pour partager quelques conseils qui vous aider à atténuer les risques de maladies d’origine alimentaire dans votre restaurant.

Qu’est-ce que la gestion alimentaire ?

La gestion des aliments est un processus complet qui englobe un examen formel de la sélection, de la préparation, de l’exposition et de la conservation des aliments. Son objectif est de garantir que tous les aliments vendus aux restaurants commerciaux ou aux entreprises respectent les réglementations établies par l’État et le gouvernement fédéral.

L’industrie des services alimentaires dépend de diverses parties prenantes pour superviser chaque élément de la gestion des aliments afin de garantir que les articles sont de qualité, sûrs à manger, agréables au goût et adaptés au grand public. Pour vous faciliter la tâche, adoptez le plan de maîtrise sanitaire.

Les inspecteurs des aliments ont une variété de responsabilités et d’objectifs à remplir. Ils doivent s’assurer que les zones de préparation répondent aux normes de propreté, que les aliments sont stockés à la bonne température et exempts de contamination possible en attendant d’être expédiés aux consommateurs. 

Mettre en œuvre de bonnes procédures d’entretien ménager.

La propreté est cruciale pour empêcher les corps étrangers comme les cheveux et les insectes de contaminer les aliments. Les sols doivent être balayés et nettoyés après chaque quart de travail, les poubelles doivent être vidées fréquemment et désinfectées, les comptoirs et les murs de la cuisine doivent être nettoyés fréquemment et les tables doivent être essuyées après chaque utilisation et les draps doivent être remplacés.

L’extérieur des bâtiments doit être correctement entretenu pour empêcher les rongeurs d’entrer dans les locaux. Planifiez un service mensuel de lutte antiparasitaire et prenez des précautions pour éviter que les aliments n’entrent en contact avec des pesticides. Le plan de maîtrise sanitaire est également là pour vous aider à tout réaliser.

Assurez-vous que la température ambiante et la ventilation sont adéquates dans toutes les zones de préparation des aliments. Les hottes de cuisine doivent être approuvées et fournir la quantité appropriée de recyclage des gaz d’échappement.

Pensez toujours à la température

La température est l’un des éléments les plus vitaux de la sécurité alimentaire. Les aliments tels que la viande, la volaille, le poisson et les produits ont des directives de température strictes pour le stockage. Les restaurants doivent prendre des précautions strictes en matière de sécurité alimentaire en ce qui concerne la réfrigération des aliments périssables.

Par exemple, il existe une nouvelle technologie dans les réfrigérateurs qui déclenche une alarme si la température dépasse un point de consigne spécifique. Cela peut provenir d’une coupure de courant au milieu de la nuit pendant plusieurs heures avant de se rallumer, ou d’un employé laissant accidentellement le réfrigérateur ouvert pendant la nuit.

Ces petites erreurs pourraient potentiellement conduire à servir des aliments contaminés aux clients. Ce qui peut gravement nuire à la réputation de votre restaurant. Votre restaurant doit investir dans un processus de réfrigération qui utilise cette technologie utile pour avoir une connaissance de la température 24h/24 et 7j/7 des produits alimentaires périssables.

Catégories
Sante

Transplantation de barbe : Des choses à savoir

La greffe de barbe est une intervention chirurgicale qui permet de relancer la croissance dans la région de la barbe. Cette intervention peut rétablir l’épaisseur et la croissance de vos poils faciaux. Peu importe que vous ne puissiez pas faire pousser votre barbe ou que vous ayez perdu vos poils faciaux à la suite d’un traumatisme physique.

La greffe de barbe se classe parmi les meilleures interventions de chirurgie esthétique pour les hommes. Par rapport aux autres solutions de restauration de la barbe, les greffes de barbe sont les plus réussies. Elles permettent également d’obtenir une barbe d’apparence naturelle.

Qu’est-ce qu’une greffe de barbe ?

Une greffe de barbe consiste à prélever des follicules sains de la tête pour les transférer dans la barbe. Pour choisir les bons greffons pour une greffe de barbe à Paris, votre chirurgien va faire attention à certains éléments. La texture, puis la viabilité et la résistance génétique à la perte de cheveux sont les principaux critères.

Les cheveux les plus compatibles avec la pilosité faciale sont ceux de l’arrière de la tête.

Les poils de l’arrière de la tête correspondent aux poils de la barbe : structure, texture et modèles de croissance.

Pour obtenir des follicules, il existe deux méthodes d’extraction : FUE et FUT.

Une fois que votre chirurgien a les poils, il commence à les placer dans la région de la barbe.

Techniques de transplantation de barbe à Paris

La procédure de transplantation de barbe à Paris suit principalement la technique FUE. Mais, dans certaines parties du monde, la technique FUT est encore utilisée. Pour couper court à la confusion, les deux techniques varient en matière d’extraction. Pour obtenir des greffons, votre chirurgien les prélèvera dans le cuir chevelu. La FUE utilise une méthode de prélèvement pratique. Elle prélève les follicules d’une manière qui ne provoque pas de cicatrices visibles, de grosses plaies ou de lésions nerveuses.

La méthode FUT consiste à couper chirurgicalement une section du cuir chevelu pour en extraire les greffons. La bande de peau passe sous le microscope pour être disséquée. Mais la technique du FUT laisse des cicatrices et des lésions nerveuses.

Récupération et soins postopératoires 

Bien que l’intervention ne comporte pas de temps d’arrêt, vous devez tout de même apporter de petits changements à votre mode de vie. Par exemple, vous devrez soigner le site receveur et le site de prélèvement avec un peu plus d’attention. Votre chirurgien vous fournira tous les produits dont vous aurez besoin.

Voici ce que vous devrez éviter pendant quelques jours après la greffe de barbe :

  • La baignade en piscine ou à la mer
  • La lumière directe du soleil
  • Fumer pendant quelques jours
  • Salles de sauna
  • Activité intense
  • Toucher, frotter ou gratter les zones de prélèvement ou d’implantation.

Dans les 15 jours suivant l’opération, les poils de votre barbe commenceront à tomber. C’est une bonne chose, car cela signifie que vous vous rétablissez bien. Ensuite, de nouveaux poils, plus forts et de meilleure qualité, commenceront à pousser. Laissez à votre barbe au moins 7 à 8 mois avant de commencer à vous raser. Vous pouvez utiliser des ciseaux mais pas de lames de rasoir avant cela.Découvrez ensuite, ce qu’il faut sur les troubles alimentaires et la perte de poids.

Catégories
Sante

Les troubles alimentaires et la perte de poids

Perdre du poids implique pratique des sports et adoption d’un régime diététique spécifique à la perte poids. Si l’on met l’accent sur la recette minceur, il est à noter qu’il n’est pas une simple question de suivre un programme alimentaire amincissant. Le comportement alimentaire joue un rôle non négligeable. Les troubles alimentaires contrecarrent le processus qui mène vers l’amaigrissement.

La boulimie 

Connue aussi sous le nom de frénésie alimentaire, la boulimie figure parmi les troubles alimentaires. Cette pathologie croise à la fois un problème du comportement alimentaire et des contraintes psychologiques et émotionnelles. Une personne atteinte par la boulimie succombe facilement à une faim intense. Ce qui lui pousse à manger à outrance, c’est-à-dire sans contrôle. Au cours de sa prise de repas ou de collations, elle ressent un certain sentiment d’irritabilité et d’angoisse.

L’anorexie mentale

Une personne anorexique vit un conflit cognitif dangereux et incontrôlable. Ce conflit implique envie intense de manger. Le sujet ne trouve aucun plaisir dans son alimentation. Il s’acharne sur ses peurs irraisonnées, ses peurs de prendre du poids. En conséquence, il se permet une restriction alimentaire aiguë. Un individu atteint par l’anorexie mentale souffre en quelque sorte d’une perte d’appétit pointue. Ce qui risque de lui faire sombrer dans l’insuffisance pondérale, la maigreur.

L’hyperphagie

Un des troubles alimentaires ennemis de la minceur, l’hyperphagie désigne une pathologie alimentaire liée à la prise d’aliments d’une quantité importante. Ce phénomène résulte d’une envie extrême de manger ; cela concerne les repas quotidiens. Mais en termes de collations, les fringales échappent au contrôle du patient. Un individu souffrant de l’hyperphagie risque souvent de sombrer dans le surpoids, voire l’obésité.

L’orthorexie

Parmi les troubles alimentaires se classe un qui est moins courant : l’orthorexie. Ce type de trouble de l’alimentation agit essentiellement sur le plan psychologique. Il va de soi que dans le cadre d’un régime minceur, l’adoption d’une alimentation saine s’impose. Pourtant avec l’orthorexie, l’attention éprouvée au régime sain reste démesuré. En quelque sorte, il s’agit d’une volonté obsessionnelle de manger sain. Le sujet a horreur des aliments dits malsains, et ce, même en quantité assez moindre, il se plie à sa peur de tomber dans un régime constitué d’une alimentation non bénéfique à la perte de poids.

La dysmorphie musculaire

Cette pathologie touche principalement la gent-masculine. La dysmorphie musculaire se présente comme étant une perte de masse musculaire. Dans la majorité des cas, le sujet est à son poids santé. Mais il perd constamment du muscle. Il sait à quel point il est important de faire le plein de protéines. Pour cela, il se permet de prendre une bonne dose d’aliments gorgés de protéines ou un certain nombre de compléments alimentaires hyperprotéinés. Avec ces derniers, le patient ne respecte pas souvent la posologie normale.